Accueil > Expéditions > Côte d’Ivoire 2017 > Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire

Avril 2017

par Philippe Annoyer.
Mis à jour le jeudi 21 septembre 2017

La forêt dans le P.N. de Taï

Retour en Côte d’Ivoire 36 ans après l’avoir quittée...
Bien des choses ont changé. Le centre d’Abidjan est toujours le petit Manhattan africain et la périphérie est de plus en plus étendue. Le parc automobile s’est fortement accru et les bouchons y sont quotidiens à toute heure de la journée.
De la périphérie au centre ville, comptez une heure de trajet. Les heures passent donc vite et les préparatifs (logistique, permis de recherche...) demandent plus de temps.

Abidjan, avant le départ pour le P.N. de Taï {JPEG}
C'est parti pour Taï ! {JPEG}
En chemin Pour Taï - Pause voiture et prospection rapide {JPEG}

Après 4 jours à Abidjan, nous partons pour le Parc National de Taï à la frontière avec le Libéria. Cette forêt, classée Réserve de biosphère, est la dernière grande forêt primaire d’Afrique de l’ouest.
Les années de conflits passés ont eu de dramatiques répercussions sur la flore et la faune. Tout le long de la route, les forêts ont disparu laissant place à des cultures sur brûlis, des plantations d’hévéa, de cacaoyers et de palmiers à huile. La faune, quand elle n’a pas été braconnée, a été contrainte de fuir. Le Parc National a été l’un de ces refuges.

La station de recherche (CRE) - P.N. de Taï {JPEG}

Nous avons été accueillis dans l’ancienne station de recherche de l’ORSTOM nommée aujourd’hui Centre de Recherche en Écologie (CRE). La station a beaucoup souffert de la guerre (pillages) mais elle apporte le confort de base nécessaire : chambres, cuisine, douche et toilettes.
Un groupe électrogène permet de pomper l’eau potable d’un puits et permet aussi d’avoir de l’électricité pendant quelques heures dans la journée.

Nos amis grimpeurs Matias et Erwan {JPEG}
Vie quotidienne à la station du CRE {JPEG}

Trois semaines de prospections aux alentours de la stations ont permis la collecte de nombreux spécimens d’insectes et d’arachnides. Philippe Moretto s’est concentré sur les coléoptères coprophages, Bruno Massa sur les Orthoptères, Marios et Aristos Aristophanous et Philippe Annoyer sur les Lépidoptères, Michael Geiser sur les Coléoptères Cantharidae et Chrysomelidae et Samuel Danflous sur les Arachnides. Bertrand Cosson s’est occupé de la partie botanique. L’accès à la canopée a été rendue possible grâce aux membres de l’association Tout-LàHaut en la personne de Mathias Loubes et Erwan Lecouillard.

Iule {JPEG}
JPEG
Criquet {JPEG}
Pandinus imperator - P.N. de Taï {JPEG}
JPEG
Deinopis sp. {JPEG}
Sous-bois - P.N. de Taï {JPEG}
Bertrand Cosson photographie l'écorce d'un Makore {JPEG}
Fruit, graine et coupe du fruit {JPEG}
Une plante terrestre bien curieuse ! {JPEG}
Une grenouille ou une mousse ? {JPEG}
Ruisseau près du CRE {JPEG}
Bord de ruisseau - P.N. de Taï {JPEG}
Orchidée terrestre {JPEG}
Un arbre liane difficile à grimper... {JPEG}
Samuel Danflous trie la litière récupérée avec un DVAC {JPEG}
Ouattara Seydou (alias Sobaldé), Bruno Massa et Philippe Annoyer {JPEG}
Philippe Annoyer, P.N.de Taï {JPEG}
Prospection de long d'un ruisseau - P.N. de Taï {JPEG}
Bertrand Cosson photographie une plante carnivore {JPEG}
Chasse aux papillons sur la piste du CRE {JPEG}
Recherche de carabiques dans les laisses d'un ruisseau - P.N. de Taï {JPEG}
Prospection le long d'un layon dans la P.N. de Taï {JPEG}

De nombreux pièges à insectes ont été mis en place : des pièges à papillon de type Plantrou et Lépidophil, des pièges à cétoines et des pièges à bousiers.

Piège à papillons au dessus de la piste du CRE {JPEG}
Mise en place d'un piège Lepidophil à 20-30m du sol dans un Uapaca guineensis {JPEG}
Erwan Lecouillard va chercher un Lepidophil en bout de branche d'un Klainedoxa gabonensis {JPEG}

De régulières prospections ont aussi été faites de nuit apportant son lot d’espèces invisibles en pleine journée.

Araignée femelle protégeant sa ponte {JPEG}
Araignée {JPEG}
Prospection nocturne le long de la piste du CRE {JPEG}
Larve de sauterelle 2 {JPEG}
Sauterelle {JPEG}
Grenouille {JPEG}
Une grenouille a avalé une sauterelle {JPEG}
Larve de sauterelle {JPEG}
Une mante se promène... {JPEG}
Sauterelle inconnue ? {JPEG}
Sauterelle et pattes postérieures en bien curieuse position {JPEG}
Ricinuleide découvert dans la litière {JPEG}
Une mygale se promène sur les murs du CRE {JPEG}
Mollusque vert sur une feuille verte dans une forêt verte... {JPEG}

Des pièges lumineux ont été réalisés chaque soir au sol à la station et aussi en canopée dès que le temps le permettait. La plate-forme surnommée "Epiphyte" a été installée dans un Klainedoxa gabonensis (Famille des Irvingiaceae) à 38 mètres du sol. Nous avons essuyé de nombreux orages surtout en fin de séjour mais bénéfiques pour l’éclosion de nombreux insectes.

Piège lumineux sur un mur de la station du CRE {JPEG}
Marios Aristophanous devant le piège lumineux installé au CRE {JPEG}
Pseudobunaea sp. mâle {JPEG}
40 m en hauteur, c'est toujours long à parcourir {JPEG}
Sobaldé, content de cette première ascension {JPEG}
Matias Loubes dans un Klainedoxa gabonensis {JPEG}
Bruno Massa en canopée {JPEG}
Drap du piège lumineux en canopée {JPEG}
Sékongo Kolo (étudiant de l'Université de Daloa) quitte la canopée {JPEG}
En haut sur la plate-forme Epiphyte, vue sur le CRE {JPEG}
Platycerium sur une branche de Klainedoxa gabonensis {JPEG}

Chaque jour, des bandes de cercopithèques Diane se promenaient dans et autour du centre. Des empreintes d’hippopotame pygmée et de panthère ont été vues et lors d’une sortie dans un layon, nous avons surpris une colonie d’une vingtaine d’individus de pintades à poitrine blanche. Des moments magiques...

Une panthère a emprunté la piste la nuit dernière... {JPEG}
Empreintes fraîches d'Hippopotame pygmée sur la berge du ruisseau {JPEG}

La veille de partir, petite surprise des grimpeurs : "On a trouvé un arbre dominant, on l’a équipé pour grimper, çà vous dit de surplomber la canopée ?"

Aristos, Lisa, Samuel, Erwan et Philippe {JPEG}
Orage en vue : Erwan attends Matias encore en canopée {JPEG}
Philippe Annoyer - Vue imprenable {JPEG}
Matias Loubes dans un Anopyxis klaineana {JPEG}
Vue d'un Anopyxis klaineana {JPEG}
Vous êtes tous petits en bas... {JPEG}

Un orage très violent accompagné de pluies diluviennes ont fait tomber de nombreux arbres dont nous avons fait les frais le lendemain sur la piste du retour à Abidjan. Il nous a fallu plusieurs heures à la machette et à la tronçonneuse (par chance, disponible sur la station) pour venir à bout d’un énorme chablis.

Piste du P.N. de Taï, un chablis nous barre le chemin {JPEG}
Piste du P.N. de Taï, chablis une fois la végétation nettoyée {JPEG}
Des troncs sont encore à couper mais la tronçonneuse tombe en panne {JPEG}

Un autre arbre était tombé plus loin, seul mais dont le bois était quasi "impossible" à couper à la machette. Décidément, la forêt souhaitait nous garder...

Sobaldé tronçonne l'arbre tombé sur la piste {JPEG}
Dégagement de la piste {JPEG}

Nous avons mis 20 heures pour rentrer à Abidjan.

L’expédition a été organisée par l’association Catharsius (http://www.catharsius.fr/). Merci à Philippe Moretto pour l’organisation, aux autorités locales (OIPR pour les permis) ainsi qu’à toute l’équipe.
Une expédition riche en souvenirs que personne n’oubliera.

Photographies : Philippe Annoyer.



Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Site mis en ligne et administré par PI09 | Suivre la vie du site RSS 2.0