Accueil > Expéditions > Sangha 2012 > Recherche > Entomologie > Les études de Sangha 2012 > Le Mboko

Le Mboko

Un géant parmi les géants

par Philippe Annoyer.
Mis à jour le vendredi 1er septembre 2017

3 votes

Mboko, Balanites wilsoniana {JPEG}

Le Mboko (Balanites wilsoniana, Dawe & Sprague, 1906, famille des Zygophyllaceae) appelé aussi Toum en Mbémo est un arbre ayant plusieurs particularités : des contreforts montant très hauts, un tronc et des charpentières drapées et torsadées, les jeunes rameaux sont munis de piquants et les fruits ressemblent à des poires. Cet arbre est exclusivement lié à l’éléphant pour la dispersion de ses graines (BABWETEERA Fred, SAVILL Peter & BROWN Nick, Balanites Wilsoniana : Regeneration with and without elephants, Biological conservation, 2007).

Le chablis à la base du Mboko par Christophe Pons {JPEG}

Lors de l’expédition Sangha 2012, un Mboko de plus de 50 mètres de hauteur a été choisi pour réaliser une étude sur la répartition spatiale des fourmilières.

Le Mboko par Guilhem Duvot

Avant de commencer le travail, l’arbre a tout d’abord été équipé pour son ascension par l’équipe de ’Tout-LàHaut’. Il a fallu prendre de nombreuses précautions dans les déplacements d’une part pour blesser l’arbre le moins possible et d’autre part pour préserver les insectes qui s’y trouvent.

Le protocole :

  • Repérer une fourmilière.
  • Faire une photographie de l’ensemble et une photographie rapprochée.
  • Faire un prélèvement de quelques individus avec un aspirateur à bouche.
  • Mettre les fourmis dans un tube contenant de l’alcool à 95°C.
  • Coder le tout.
  • Mesurer la hauteur de l’emplacement de la fourmilière avec un télémètre laser.
  • Mesurer l’orientation du tronc avec une boussole.
  • Mesurer l’orientation de l’emplacement de la fourmilière par rapport à l’orientation de la face du tronc avec une boussole.
  • Consigner le tout dans un carnet.
Mboko, Matias Loubes et Vincent Berekzky en prospection
Mboko, Matias Loubes

Cinq jours ont été nécessaires pour repérer 41 fourmilières sur la totalité de l’arbre. Une fourmi du genre Crematogaster sp. a néanmoins été observée à plusieurs reprises tout le long du tronc. S’agissait-il de micro colonies issues d’une même reine ? Les recherches sont en cours.

Le Mboko, un tronc étroit et vrillé
Mboko, Matias Loubes en bout de charpentière

Le tronc présentant quatre faces sur sa presque totalité, les trois premiers jours d’étude ont demandé quatre personnes :
1er jour, le 10 février : Guilhem Duvot, Marion Courselle, Erwan Le Couillard et moi-même. 0-11 mètres explorés.
2ème jour, le 11 février : Guilhem Duvot, Josiane Arrieula, David Siegwalt et moi-même. 11-26 mètres explorés.
3ème jour, le 12 février : Guilhem Duvot, Matias Loubes, Vincent Bereczky et moi-même. 26-39 mètres explorés.

Les faces du Mboko par Christophe Pons {JPEG}
26 fourmilières ont ainsi pu être recensées sur le tronc.

Mboko, fourmilière n°20 à 23,30 mètres du sol
Mboko, fourmilières n°17 et 18 à 21,15 et 20,60 mètres du sol

Le quatrième jour, le 13 février, a été consacré à l’exploration des charpentières avec Guilhem Duvot, David Siegwalt et moi-même. 13 fourmilières ont été trouvées.

Mboko, découverte de la fourmilière n°38 à 38,80m du sol {JPEG}

Une dernière journée et une partie de nuit, 11 jours plus tard, le 24 février, a permis de faire un dernier contrôle sur des oublis éventuels (2 fourmilières de plus), d’observer les déplacements des fourmis, de collecter de nombreux insectes et d’effectuer un marquage coloré sur quelques fourmis de deux colonies d’espèces différentes.
Le temps jouant contre nous, il ne nous a pas été possible de réitérer les jours suivants et ainsi de faire un vrai suivi des fourmis marquées. Cette expérience aura au moins eu le mérite de montrer les difficultés de ce travail quand on est pendu au bout d’une corde à 40 mètres du sol. Attraper une fourmi courant sur une banche sans la tuer n’est pas chose facile, la maintenir sur une plaque de polystyrène avec des épingles pour la marquer non plus.
Cette merveilleuse première expérience in situ aura été riche d’enseignements. Un grand merci aux grimpeurs de l’association ’Tout-LàHaut’ pour l’équipement sécurisé disposé dans l’arbre et leur soutien pour rendre l’arbre accessible à tous les participants, même les plus réticents…

Mboko, Erwan Le Couillard et Christophe Pons {JPEG}

Plusieurs espèces différentes de fourmis ont été observées sur cet arbre. Leur étude morphologique est en cours.

Toute aide sera la bienvenue pour la réalisation du barcode des fourmis prélevées.

Un grand merci à nos partenaires pour leur soutien matériel et moral

Illustrations : Christophe Pons.
Photographies : Philippe Annoyer.
Film : Guilhem Duvot.



Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Site mis en ligne et administré par PI09 | Suivre la vie du site RSS 2.0